Accés rapides : Accessibilité | Accueil | Contenu | Plan du site | Contact
Logo de l'AI
Assurance-invalidité fédérale
Eidgenössische Invalidenversicherung

Intervention précoce

Si, après la phase de détection précoce, il s’avère que la situation de la personne annoncée présente un risque d’invalidité et nécessite la mise en place de mesures en vue de maintenir celle-ci à son poste de travail, voire à un autre poste au sein de l’entreprise, ou, si cela est impossible, dans une autre entreprise, des mesures d’intervention précoce sont dès lors indiquées. Le but de celles-ci est d’intervenir rapidement afin d’éviter que l’état de santé physique ou psychique ne se dégrade. La réalité du monde du travail le démontre : chaque jour d’absence réduit les chances de réinsertion.

La personne est alors incitée à déposer une demande AI. Il sera possible d’octroyer des mesures d’intervention précoce, même s’il n’est pas encore établi que les conditions légales pour des mesures de réadaptation soient remplies.

Les mesures mises en place à ce stade sont facilement accessibles et peu coûteuses (en moyenne fr. 5'000.- par personne, au maximum fr. 20'000.-). Il peut s’agir entre autres de :

  • adaptation du poste de travail
  • cours de formation
  • service de placement
  • orientation professionnelle de base
  • réadaptation socioprofessionnelle
  • mesures d’occupation

Ces mesures sont mises en œuvre après un assessment, en collaboration avec la personne assurée, le cas échéant avec l’employeur ou d’autres partenaires (assurance-chômage, aide sociale, assureurs perte de gain, etc.). Cette évaluation aboutit à un plan de réadaptation et à un contrat d’objectifs. Un coordinateur en réadaptation est chargé de la coordination des mesures et entretient des contacts réguliers avec la personne ; il est le garant de la stratégie de réadaptation convenue, fait avancer la réalisation du plan de réadaptation, examine si les objectifs fixés sont atteints et fonctionne comme intermédiaire entre tous les acteurs impliqués.

Cette phase s’étend sur les six premiers mois suivant le dépôt de la demande AI. Durant cette période, il n’y a pas d’indemnités journalières versées par l’AI, celles-ci continuant à être servies par l’assureur perte de gain maladie ou accident. Elle s’achève par une décision de principe qui porte sur la question de savoir s’il y a lieu de poursuivre la voie de la réadaptation ou d’examiner la question de la rente.